LIRON

5.00 EUR

Jérémy Liron
— J’AI PARFOIS L’IMPRESSION
D’AVANCER DANS UN MONDE
EN RUINE. LES GENS PASSENT,
JE VOIS LES MURS DERRIÈRE.

Mais par où attraper, de quoi se saisir
À quel effort dont on n’a plus le goût
À quel goût dont on n’a plus l’effort – s’attacher, se hisser ?
Dans l’écho, détaché de soi par les claques
Et les claques.
Bercés presque par cette musique de claques.
On écoute la vibration après l’absence, l’éclipse brève
Sans jamais que dans l’intervalle ait eu le temps une pensée.
Seulement au mieux une amorce.
Une amorce et puis comme aspirée en dedans – effondrement central de tout l’être –
Et en retard toujours récupérer ce vague écho, ce bourdonnement dans un paysage désert.
Cet écho que presque on aime parce que presque issue, clignement, embrasure.
Qu’on aime comme un retour rassurant. Dont on réclame presque le retour. Seul lieu auquel on puisse se rendre quand les autres sont escamotés.
Ce regard abruti-là qu’on se retourne.
Déçu de nous.
Il y avait des jocondes pourtant
Qui nous collaient de près leur sourire affaissé
Avec le monde au fond
Renvoyé au chaos
Et tout ce temps de part et d’autre du pont.
Comme toi en équilibre,
Ce quelque chose dans ton visage qui
Se détruit
et se reconstitue à chaque parole.

+ Dimensions 15 X 21cm
+ Support papier bouffant
+ 2 feuilles pliées l'une dans l'autre
+ Édition fanzine

☞ À noter.
L’expédition des livres et objets du site Weekend varie en fonction du contenu de votre commande. De 3 à 10 jours.
Les livres des éditions Derrière la salle de bains sont fabriqués à la main, toute la papeterie également. Les tote bags sont imprimés dans un atelier parisien.