DARC ⼺6

1.00 EUR

❝Chapitre 1
Yardbird crève emportant avec lui l’Amour qu’il savait être l’Unique vérité. « Le sujet semble avoir soixante-cinq an environ ». « Il en avait trente-quatre ! » Toute une théorie de jazzmen piquant du nez sur leur instrument, le bras plié à la Lester Young, mais pas parce qu’ils cherchent LE son, juste parce qu’ils ne peuvent pas le plier plus. Les cravates froissées, toutes au même endroit. Ne sommes-nous pas tous des Dandies ? Serrées, autour du cou ou du bras : so what ? Charles Christopher Parker a quitté son corps le 12 mars 1955 à New York, éclatant de rire en regardant la télé.

Chapitre 2
« Pour un certain nombre d’individus, les drogues sont des nécessités inéluctables. Certains êtres ne peuvent survivre qu’en se détruisant eux-mêmes. Jamais les lois ne pourront rien là-contre. Enlevez-leur l’alcool, ils boiront du pétrole ; l’éther, ils s’asphyxieront de benzène ou de tétrachlorure tue-mouche ; leurs couteaux à mutiler, ils se feront de leurs regards des lames. »
(Roger Gilbert-Lecomte)

Chapitre 3
Parker mort, les petits bourgeois blancs sont rassurés. Ils ne savent pas ce qui les attend.

Chapitre 4
Là où Parker aura échoué, Trane va réussir. En moins d’une semaine il en termine définitivement avec l’alcool et la dope : cloîtré dans une chambre vide, il frappe parfois à la porte pour demander un peu d’eau à sa femme, Naima.

Chapitre 5
Novembre 55, la revue “Down Beat” prouve l’incapacité des Blancs à juger une musique qui n’est pas faite pour eux, accusant Coltrane : « Il sonne de manière parfaitement hystérique... et orientale. »❞

+ Dimensions 15 X 21cm
+ Support papier bouffant
+ 2 feuilles pliées l'une dans l'autre
+ Édition fanzine

☞ À noter.
► Expédition sous 8 jours
► Fabrication à la main, en France